Étape de création #1

Pensé comme un projet hybride entre sciences humaines, arts plastiques et sciences du vivant, Vin/Vivants entend rendre sensible les réponses que des pratiques situées et attachées à un territoire peuvent imaginer face à la crise écologique contemporaine. C’est dans cette perspective que nous avons fait le choix d’un territoire — une portion des vallées du Cher et du Beuvron, entre Blois et Saint-Aignan — et d’une pratique — la viticulture « naturelle », qui se
caractérise par un travail de composition avec les processus vivants.

Cette articulation entre un territoire et une pratique nous semble à même de constituer un terrain d’enquête dans lequel se
rencontrent le local et le global : un carrefour de problèmes éco-politiques depuis lequel interroger les modes de relations au vivant qui s’inventent en marge des modèles dominants, des mystères de l’ivresse à ceux de la biologie des sols, de la cohabitation du vigneron et du chevreuil à la relation aux micro-organismes.

Le travail montré du 18 au 20 mai dans la galerie du Théâtre d’Orléans est une première étape de création, présentant quelques uns des matériaux récoltés et des problèmes rencontrés lors
de l’enquête. Ces derniers seront pleinement déployés lors d’une exposition qui aura lieu en janvier 2019, dans ce même lieu.
***
Un projet de Emmanuelle Blanc, Denis Chartier et Aurélien Gabriel Cohen

Avec Bruno Allion, Michel Augé, Didier Barrouillet, Julien Courtois et Heidi Kuka, Noëlla Morantin, Julien Pineau, Jean-Marie et Thierry Puzelat, Hervé Villemade, et les mains, petites et grandes, qui les accompagnent, ainsi que tous les vignerons et les joyeux buveurs, croisés ici où là, dont les paroles et les vins nourrissent ce projet.

Et puis des chevreuils, des levures indigènes, des bactéries, des raisins, des chênes, des acacias, des frelons, des pics-verts, des jaguars, …